26juil.

Le Musée de la Musique Mécanique de Mirecourt célèbre la fête foraine

| Vue(s) (87) | |

L’exposition « Fête Foraine, Carrousel et Limonaire » se poursuit jusqu’en 2020, aux côtés de la déjà très belle collection permanente d’instruments mécaniques.

La ville de Mirecourt, porteuse d’artisanats de prestige, s’est identifiée dès le milieu du 18ème siècle comme un centre de production instrumentale. A partir de 1740 sont fabriquées les premières serinettes, ces instruments de musique mécanique destinés à apprendre des mélodies courtes à des oiseaux siffleurs, assimilables à un orgue. La facture d’orgues mécaniques a ensuite été révélée par de grands noms comme Besnard, Gavot, Husson-Jacotel ou encore Poirot et Thibouville-Lamy.  Georges Poirot, spécialiste des orgues de foire, fermera le dernier atelier mirecurtien au début des années 1950.

En 1996, Jacques Zimmermann, maire de la ville, acquiert la collection d’un finistérien et en novembre de la même année les Musée de la Musique Mécanique ouvre ses portes.

Un doux air surrané de Montmartre

Le musée emmène ses visiteurs à la découverte de l’histoire des instruments de musique mécanique, leurs répertoires, et de l’ambiance d’un atelier de facteur d’orgues mécaniques. Cet itinéraire musical les guide dans l’univers des fêtes foraines, des cabarets et des chansons de rues.

Le voyage commence par des écoutes de valses, mazurkas, contredanses que portent les douces sonorités des Serinette, Merline, Perroquette, instruments novateurs du 18ème siècle.

Le rythme enthousiaste du piano-bastringue Dusart, de l’orchestrion Accordéo-Jazz, du piano mécanique Dance-Orchestra et de l’impressionnant orgue de danse Decap entraîne les visiteurs sur la piste de danse.

Ils feront ensuite escale dans les rues de Paris avec le répertoire des chansons réalistes rendues célèbres par les fameux « Cris de Paris » et leurs orgues de Barbarie.

L’atelier du facteur d’orgues mécaniques propose ensuite un savant désordre où soufflerie, tuyauterie et peaux entassées côtoient des pianos mécaniques ouverts. Le facteur d’orgue Victor Mangeol anime d’ailleurs chaque mercredi d’été son atelier.

Fête Foraine, Carrousel et Limonaire, l’expo dans l’expo

Grâce aux prêts de collectionneurs chevronnés et des Amis du Valamont de Xaronval, passionnés des années 1900, le public redécouvre l’univers de la fête foraine de la Belle Epoque qui s’inspire des tournois chevaleresques médiévaux. De véritables palais éphémères.

L’univers forain fait appel à plusieurs formes d’art pour réaliser les décorations : architecture, sculpture, peinture. Les attractions sont conçues comme des spectacles, avec des techniques scéniques des maisons Bayol, Heyn, Moulinas et De Vos. Ces constructeurs s’inspirent de thèmes allégoriques : les anges, le diable, l’éternel féminin, les animaux.

En 1900 les orgues Limonaire s’imposent. Placé au centre du carrousel dans une large fosse, l’orgue de foire attire la foule et porte l’ambiance festive.

Une très belle exposition à découvrir jusqu’en 2020, et surtout une idée sortie originale qui ravira cet été petits et grands !

Découvrez le Musée de la Musique Mécanique de Mirecourt en photos dans votre Vosges Mag, ici.

En pratique :
http://www.musique-mecanique-mirecourt.fr/
Musée de la Musique Mécanique
24 rue Chanzy
88500 MIRECOURT
Tél : 03 29 37 51 13

© Crédit photo Musée de la Musique Mécanique

Aller plus loin


Vous recherchez

L'actu en poche...

Restez informés !

Vous souhaitez être informé de la publication de nouveaux articles par e-mail, 
abonnez-vous !

Nom