11avr.

Covid-19 : Comment les pompiers, le Samu et médecins font face à la crise ?

| |

Pour faire face à la crise du Covid-19, les pompiers, le Samu, les médecins et l'ensemble du personnel soignant sont sur le pied de guerre. Vosges Mag a pu s'entretenir avec le Docteur Marc Lemau de Talancé, directeur du SAMU88 et le Colonel Sacha Demierre, le Directeur départemental du SDIS des Vosges afin qu'ils nous expliquent comment les appels d'urgence sont traités dans Les Vosges. 

Dans le Département des Vosges, tous les appels du 18, 15 ou 112 arrivent au même endroit, au sein d'une même plateforme : le Centre de Traitement et de Régulation des Appels d’urgence (CTRA), depuis juin 2018. Ainsi depuis deux ans, le SAMU, les pompiers et les médecins (médigarde) ont pris l'habitude de travailler ensemble ce qui leur permet d'être réactif. 

Concrètement, pour faire face à la crise du coronavirus, dès le 18 mars, un poste de commandement spécifique a été mis en place au sein du CTRA, comme cela peut être la cas lors d'une "opération tempête", afin de pouvoir fluidifier les interventions spécifiques au Covid-19 et les interventions plus "traditionnelles". Cette organisation permet d’éviter la saturation des appels d’urgence et d’assurer une pérennité de la réponse médicale COVID.

Cette cellule spécifique est composée du personnel du SAMU, des médecins libéraux, des médecins du SDIS et des secrétaires médicales du Centre hospitalier d’Epinal.

Ainsi, dès qu'une personne téléphone et donne des signes de détresse vitale, l'appel atterrit dans la salle "classique" et une ambulance est immédiatement envoyée sur place. A l'inverse, si aucune détresse vitale n'est détectée les appels sont basculés dans le poste de commandement Covid où une articulation particulière a été mise en place. Des assistantes et des assistants notent l'ensemble des informations générales du patient, ensuite intervient une régulation médicale effectuée par le Samu qui coordonne la gravité des appels. Puis les médecins rappellent les personnes pour assurer un suivi plus précis et donner des consignes médicales ou, si c'est nécessaire, envoyer une ambulance.

Actuellement, la plateforme CTRA répond en moyenne à 350 à 400 appels par jour. Ce chiffre est monté à plus de 1900 appels par jour en mars. "Cependant, si ces appels ont diminué concernant le Covid-19, les cas graves sont plus nombreux. Le plateau reste élevé et la vigilance est plus que jamais de mise. Le principe de rester chez soi perdure, c'est aussi un geste qui sauve" préviennent le Docteur Marc Lemau de Talancé, directeur du SAMU88 et le Colonel Sacha Demierre, le Directeur départemental du SDIS des Vosges.

De plus, le 30 mars, a été mis en place un "Prado Covid" : Programme de rappel à domicile. C'est probablement une première en France qui consiste à téléphoner, tous les jours, à toutes les personnes qui ont appelé la plateforme CTRA, et qui ont reçu pour instruction de rester chez elle en raison d'une suspicion de coronavirus. L'objectif est de réaliser un suivi de leur état de santé. 

En effet, il a été constaté que la dégradation de l’état de santé pouvait survenir entre 6 à 8 jours après les premiers symptômes. Une prise en charge tardive réduit l’efficacité d’un traitement classique et nécessite des places en réanimation dont la rareté appelle une préservation maximale.

Ainsi, plus de 1400 personnes ont été rappelées via ce système. Si la grande majorité de ces personnes ont déclaré bien se porter ou être guéries, le système de rappel a permis l’hospitalisation de 42 personnes dont l’état s’était aggravé, la surveillance renforcée avec un rappel le lendemain pour plus de 100 personnes.

Au-delà de l’aspect médical, ces appels réalisés avec empathie permettent de rompre l’isolement de ces personnes confinées à leurs domiciles et de s’assurer que les besoins de première nécessité soient satisfaits.

Enfin pour aider les services de secours, un seul mot d'ordre est à retenir pour venir à bout du coronavirus : Restez chez vous ! 

Quelques chiffres :
Plus de 500 interventions COVID réalisées par les sapeurs-pompiers ;
Plus de 1000 sapeurs-pompiers qui sont déjà intervenus sous protection COVID ;
Le nombre d’appels 15-18-112 en moyenne de 400 appels jours a connu des pics avec plus de 1000 appels jour ;
Le PC COVID a eu à gérer au plus fort près de 150 appels en 24h ;
Le PRADO COVID a rappelé plus de 1000 personnes ;
Le Département est un partenaire privilégié des sapeurs-pompiers, notamment financièrement. Il apporte une subvention de plus de 15 millions d’euros afin de garantir la pérennité du modèle de secours vosgien (15.172.500 €). Le conseil départemental apporte aussi un soutien financier de 500.000 euros afin de leur permettre de s’équiper en matériel.

Retrouvez l'interview du Colonel Sacha Demierre, le Directeur départemental du SDIS des Vosges.

Aller plus loin


Vous recherchez

L'actu en poche...

Restez informés !

Vous souhaitez être informé de la publication de nouveaux articles par e-mail, 
abonnez-vous !

Nom