06mars

Planetary, une œuvre à part

Retour |

Chaque semaine, cette nouvelle rubrique vous invite à faire à découvrir une BD.  Cette fois-ci, nous vous présentons Planetary, une œuvre à part. Âgé d’un siècle, doté de la capacité de contrôler les températures et surtout amnésique, Elijah Snow est recruté par Jakita Wagner, femme brillante également dotée de pouvoirs. Il rejoint ainsi Planetary, énigmatique organisation aux moyens considérables qui s’est donnée pour buts de compiler l’histoire secrète du XXème siècle, d’en explorer les méandres et les circonvolutions, et d’en répertorier les incroyables merveilles et les insondables horreurs.

Avec Jakita et le Batteur, capable de communiquer avec les flux d’informations, Elijah va former l’équipe de terrain de Planetary, sous l’autorité du mystérieux quatrième homme. Ces archéologues de l’extraordinaire vont explorer les non-dits et les omissions de l’histoire « officielle », et dresser une cartographie de l’étrange avec pour toile de fond les enjeux et la complexité de la véritable histoire « parallèle » du XXème siècle qu’ils vont exhumer. Ce faisant, ils vont mettre à jour les monstrueux errements et l’effroyable conspiration menée par un groupe parahumain profondément cynique « les Quatre » qui ne sont étrangers ni au désenchantement du monde, ni à la constitution de Planetary, ni même à la situation d’Elijah… La confrontation de ces 2 groupes est inévitable ; les implications et les conséquences en changeront à jamais l’histoire et la réalité.

Planetary est une œuvre à part, un monument dédié à l’imaginaire collectif et aux figures tutélaires des 5ème (littérature), 7ème (cinéma) et 9ème (bd, comics) Arts. Une série de 27 épisodes qui brasse, de façon passionnante et érudite, tous les mythes et toutes les références de la culture populaire du XXème siècle. La partie graphique, de haute volée, s’harmonise à la perfection avec le scénario et contribue, tant au niveau du trait utilisé, du découpage quasi-cinématographique que de la palette de couleurs choisie, à cet hommage vibrant aux genres qui ont fait le XXème siècle.

Chaque épisode bénéficie ainsi d’une ambiance unique, d’une thématique particulière et d’un choix de narration propre tout en s’inscrivant pleinement dans une trame globale bien plus vaste, plus riche et plus complexe qui nous fait (re)découvrir l’histoire du XXème siècle sous le prisme de qui en a été escamoté.

Le lien histoire/culture est au cœur de ce récit, qui convoque tous les styles littéraires, cinématographiques et comics et rend des hommages souvent appuyés - Dracula, Sherlock Holmes et Lovecraft en tête ; les films de genre des années 50 aux années 90… ; les pulps des années 20, les comics des années 30 à 90… -, parfois cryptiques - nombres de personnages « classiques » (Fu Manchu, Batman, les 4 fantastiques…) sont réinterprétés de manière à être parfaitement reconnaissables - à l’évolution et à la richesse de la culture populaire - ou Pop Culture - au sens le plus large. De façon presque miraculeuse, tous ces styles, ces personnages de fictions, et ces notions, saupoudrés de faits scientifiques et d’explications pseudo scientifiques - la physique quantique, les univers parallèles, « la plaie » etc… - s’intègrent de façon harmonieuse dans l’intrigue globale, permettant à l’auteur de créer une mythologie puissante, cohérente et structurée au service d’un récit rien moins qu’essentiel.

Ce voyage au cœur de la Pop Culture du XXème siècle et cette visite des mystères et miracles de notre monde ont été orchestrés par Warren Ellis - scénariste et écrivain prolifique - et John Cassaday. Warren Ellis, spécialisé en théories scientifiques et fin observateur du monde moderne, a à son actif des comics de référence - Transmetropolitan, Planetary et Authority en tête - des romans -  Mean machine, Normal, Artères souterraines -, des scénarii de jeux vidéo – Dead Space… - et de dessins animés – dernièrement Castlevania -. Une de ses dernières productions, « Injection », doit prochainement se voire adaptée en série tv.

Pour qui : toutes celles et tous ceux qui veulent connaître l’histoire secrète du monde, qui apprécient la Pop culture au sens le plus large et les références - de Dracula à Nemo, des Kaiju Eiga aux films de monstres des années 50, des pulps aux comics – et les véritables œuvres populaires, fans de théories pseudos scientifiques et de science-fiction débridée / lecteurs plutôt avertis - dès 14 ans -

Le + : Parue chez Image Comics – Wildstorm studio (intégré désormais à DC comics), la sortie des 27 épisodes de la série a, du fait des multiples projets d’Ellis, été assez erratique - de septembre 1998 à octobre 2009 -. Planetary fait écho à une autre série, également écrite par Ellis, parue dans la même période et au formidable succès, Authority ; si elles partagent le même univers, les personnages ne s’en sont jamais paradoxalement, de façon littérale du moins, rencontrés.

 Planetary - broché – 2 tomes - 28€ par tome - environ 400 pages chacun -  édition française Urban Comics (intégrale + 3 épisodes spéciaux)

Aller plus loin

Vous recherchez

L'actu en poche...

Restez informés !

Vous souhaitez être informé de la publication de nouveaux articles par e-mail, 
abonnez-vous !

Nom