30mars

Témoignage : le quotidien d'une famille confinée 

| |

Comme des milliers de vosgiens, la famille Lecompte est confinée depuis le 17 mars. Une situation inattendue et radicale qui entraîne un chamboulement des habitudes de tous les membres de la famille. Voici leur quotidien*. 

Ne pas céder à la psychose

Céline et François, les parents, Joseph (8 ans), Loup (6 ans) et le petit dernier Clément (1 an), vivent confinés dans leur maison depuis  plus de 10 jours. A l'annonce du confinement décidé par le gouvernement, ils ont d'abord été surpris : « Je ne mesurais pas vraiment l’impact du virus, deux jours avant, nous étions encore au marché et on discutait avec les gens librement, et du jour au lendemain, on ne pouvait plus sortir de chez nous.. » explique Céline. L'employeur de François le met au chômage partiel immédiatement à l'annonce du confinement. Toute la famille se retrouve donc « assignée à résidence » pour une durée indéterminée... « On a décidé de na pas céder à la panique et à la psychose pour les courses. Nous y sommes allés comme tout le monde, mais nous n'avons pas fait plus de réserve que d'habitude. » poursuit François. 

L’école à la maison 

Pour l'école de Loup et Joseph, les enseignants ont prévus des devoirs pour un mois au moins, par le biais d'un cahier rempli de photocopies pour Lou et des e-mails quotidiens pour Joseph. Les enseignants ont beaucoup travaillé avant le confinement pour préparer des exercices pour les enfants et la quantité de devoir est assez conséquente : « Je trouve que le programme est assez dense. Étant enseignante je n'ai pas trop de mal à suivre les devoirs, mais pour d'autre, on peut imaginer que ce ne soit pas toujours évident. A la maison, l'école commence vers 10h00 jusqu'à midi, puis Joseph, l'aîné, continue encore un peu l'après-midi. Nous ne nous stressons pas sur les horaires. ». 

Mieux se connaître  et être patient

Difficile pour le moment de faire un bilan de ce que la famille aura appris sur cette période de confinement, mais pour l'instant, elle le vit bien. Les parents partagent plus de moments privilégiés avec les enfants. Il font des jeux de société ou jardinent ensemble. « Je trouve que nos enfants jouent plus ensemble et développent davantage leur imagination. Il nous ont fait un spectacle improvisé. Ce sont des choses qu'il ne faisaient pas avant. » constate Céline.  Les parents gardent contact avec les grands-parents via les réseaux sociaux et les applications de viso-conférence.  La famille se retrouve et les parents se rendent compte de la vie trépidante qu'ils menaient avant le confinement. Le temps semble s'être allongé, mais un certain calme s'est installé. Il est important de le cultiver pour passer au mieux cette période. Pour eux, le plus dur est le manque de relations sociales et de se sentir un peu « bloqué » chez soi... Nous les interrogerons à la fin du confinement pour faire un bilan. Pour l'instant, il va falloir encore être patient...

* Article réalisé en respectant les règles du confinement. Nous vous rappelons les règles édictées par le gouvernement : 
En application de l’état d’urgence sanitaire, les déplacements sont interdits sauf dans les cas suivants et uniquement à condition d'être munis d'une attestation pour :
Déplacements entre le domicile et le lieu d’exercice de l’activité professionnelle, lorsqu’ils sont indispensables à l’exercice d’activités ne pouvant être organisées sous forme de télétravail ou déplacements professionnels ne pouvant être différés.
Déplacements pour effectuer des achats de fournitures nécessaires à l’activité professionnelle et des achats de première nécessité dans des établissements dont les activités demeurent autorisées.
Consultations et soins ne pouvant être assurés à distance et ne pouvant être différés  ; soin des patients atteints d'une affection de longue durée.
Déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables ou la garde d’enfants.
Déplacements brefs, dans la limite d'une heure quotidienne et dans un rayon maximal d'un kilomètre autour du domicile, liés soit à l'activité physique individuelle des personnes, à l'exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d'autres personnes, soit à la promenade avec les seules personnes regroupées dans un même domicile, soit aux besoins des animaux de compagnie.
Convocation judiciaire ou administrative.
-
Participation à des missions d’intérêt général sur demande de l’autorité administrative

Aller plus loin


Vous recherchez

L'actu en poche...

Restez informés !

Vous souhaitez être informé de la publication de nouveaux articles par e-mail, 
abonnez-vous !

Nom