24avr.

Généalogiste : celui qui monte dans les arbres

Retour |

Parmi les métiers du patrimoine, il en est un plus connu que les autres : c’est le généalogiste. Pourquoi ? Parce qu’on en a tous besoin, et qu’il s’intéresse à tout le monde ! C’est le spécialiste de l’histoire des femmes et des hommes d’aujourd’hui et d’hier. Il n’est pas de plus fin limier pour retracer l’histoire d’un ancêtre et… le remettre dans son arbre (généalogique) !

On en a tous besoin !

Vous voulez savoir si vous pouvez hériter d’un parent éloigné ? Qui sont vos ancêtres ? Où et comment ils ont vécu ? Vous avez rencontré un personnage inconnu dans un texte, et vous voulez en savoir davantage sur lui ? Il n’y a qu’une adresse : le généalogiste ! Qu’il soit professionnel ou amateur, spécialisé dans les affaires de succession ou généraliste, c’est LA personne qui va vous trouver toutes les informations disponibles en un minimum de temps. 

La généalogie existe depuis que la mémoire et les archives existent. Toutefois, dans les années 1980-1990, cette pratique s’est diffusée auprès de nombreux Français « amateurs ». Ils recherchent d’abord leurs propres ancêtres, puis de ceux de leurs connaissances ou amis, ou des célébrités, et finalement parviennent à un nombre faramineux d’informations très intéressantes sur une maison, un village, une ville, une famille prestigieuse, etc. C’est comme ça qu’on devient historienne ou historien ! Très vite, ils ont formé des associations d’entraide ouvertes à tous. Car à plusieurs, on va plus vite !

Certains sont à la recherche des « secrets de famille », qui peuvent les aider à résoudre des énigmes familiales. Car il y a toujours une certaine différence entre ce qu’on dit ou ce qu’on sait de sa famille, et la vérité. On a tous tendance, en effet, à cacher aux autres une condamnation en justice, un séjour en prison, un délit, ou même parfois une maladie, quand ils frappent notre famille. Heureusement, les archives retiennent tout, ou presque !

Ses outils et ses « trucs »

Le généalogiste est d’abord un « rat de bibliothèque », devenu aujourd’hui « le geek des archives numérisées ». C’est en compulsant des centaines, des milliers d’archives qu’il parvient à ses fins ! Avec des conseils et de l’expérience, il a dans son sac des « trucs » qui vont lui permettre d’aller plus vite que les autres. S’il trouve beaucoup de choses sur Internet (état civil, parcours militaire), il en trouvera encore beaucoup plus dans les archives papier : contrats passés devant notaires, propriétés, soin dans des hôpitaux, justice. Les archivistes lui sont très utiles car ce sont eux qui mettent toutes les archives à sa disposition. 

Depuis chez vous : 

Et si, pour se mettre dans la peau d’un généalogiste, vous partiez à la recherche d’informations sur une des Vosgiennes les plus célèbres ? Par exemple Julie Victoire Daubié, la première femme à avoir tenté et obtenu le baccalauréat en 1861 ?

 

  1. Pour commencer, vous avez besoin de cet indice : elle est née le 26 mars 1824 à Bains-les-Bains. 
  2. Bains-les-Bains étant dans les Vosges, rendez-vous sur le site Internet des Archives départementales des Vosges, directement sur le bon document, en cliquant sur le mot : ici 
  3. Les plus adroits peuvent chercher et trouver eux-mêmes cet acte sur www.archives.vosges.fr en allant dans la rubrique « Bases de données et images numérisées », en remplissant le formulaire de recherche, en trouvant le bon groupe d’images, et enfin en cherchant l’acte de naissance de Julie Victoire Daubié (rappelons qu’elle est née le 26 mars 1824). Il faut tourner les pages, comme sur un registre papier ! Vous avez trouvé l’acte ? Bravo !
  4. En déchiffrant l’acte, vous aurez plein d’informations utiles, dans l’ordre : 1/ le nom de l’adjoint au maire 2/ le nom du père de Julie, qui déclare la naissance 3/ le nom du cousin du père, un célèbre industriel vosgien 4/ le sexe de l’enfant 5/ la date et l’heure exactes de naissance (attention, l’enfant a été déclarée le lendemain de sa naissance) 6/ le prénom, le nom de mariage et le nom de naissance de la mère 7/ le prénom et le nom de l’enfant (cela vous le saviez déjà !) 8/ les noms des deux témoins, et leur degré de parenté avec l’enfant. Vous pouvez écrire tout cela sur une feuille de papier ou un fichier. 

Pour enregistrer vos premiers pas de généalogiste, vous pouvez envoyer vos résultats à vosges-archives@vosges.fr, dans le cadre de l’opération #memoiredeconfinement !

 

Aller plus loin

Vous recherchez

L'actu en poche...

Restez informés !

Vous souhaitez être informé de la publication de nouveaux articles par e-mail, 
abonnez-vous !

Nom