01mai

Top 10 : une oeuvre de LA légende vivante des comics, Alan Moore

Retour |

La ville de Néopolis a été spécifiquement conçue pour accueillir l’intégralité de la population mondiale dotée de pouvoirs, quels qu’ils soient, ceci afin que ces êtres aux capacités surhumaines, aux physiques parfois déconcertants et aux différences patentes avec le commun des mortels n’interfèrent pas avec l’évolution “normale” de l’humanité. 

Son architecture extraordinaire, ses infrastructures prodigieuses et l’intégralité de ses services prennent en compte les spécificités d’un tel lieu unique, où l’extraordinaire est devenu la norme : du maire au plombier tous ont des capacités qui défient les règles physiques, psychiques, dimensionnelles voire temporelles...Dans un environnement à nul autre pareil, où les mondes, les espaces et les dimensions se côtoient et s’interpénètrent librement, avec une population disparate où chaque individu est, de façon très marquée et visible, unique, oscillant entre petit miracle individuel et omnipotence quasi divine, l’ordre, pour être maintenu, se doit d’être à l’image de la société toute entière : à super-pouvoirs.

Les forces de police étant organisées, au vu du gigantisme de la cité, par quartier/district, Top Ten est la chronique d’un de ces lieux de vie, d’action et de maintien de l’ordre. Le commissariat de police du 10ème district de Néopolis y est ainsi mis à l’honneur, de ses enquêtes extraordinaires aux petits incidents domestiques, de ses évènements exceptionnels à la routine du quotidien, de ses petites victoires à ses incommensurables pertes. C’est aussi et surtout l’histoire des femmes et des hommes qui en composent les équipes, de leurs failles et de leurs forces, de leurs doutes et de leurs instincts, de leurs liens et de leurs choix. Ces agents d’exception et de devoir se retrouvent chaque jour confrontés à des situations “banales” qui peuvent, dans un tel contexte, dégénérer et s’avérer, au final, dérisoires ou apocalyptiques : une invasion de souris se transforme en cross-over intergalactique en chambre ; la disparition d’un trafiquant mène à une tentative de réécriture de la réalité...Tout est possible et concevable - et advient véritablement - dans un lieu où les promesses sont infinies, les potentialités incommensurables et où chaque jour apporte son lot de grâce et de damnation ; malgré tout, la comédie humaine, dans ce qu’elle a de plus touchant et de plus juste, continue de se jouer dans ce lieu où l’ordinaire est devenu extra. Bienvenue dans le tourbillon halluciné et la fresque haute en couleur que constitue Néopolis, avec pour incroyables guides les plus que recommandables inspecteurs du 10ème District.

Assez unique dans son concept, son ambition et son casting, Top Ten est une œuvre aux confluents de différents genres qu’elle présente, défriche ou égratigne. En même temps chronique d’une mégalopole et récit de la vie d’un commissariat et de ses agents - tant au niveau professionnel que personnel -, procédural mettant l’accent sur les enquêtes de terrain et les procédures judiciaires, critique et déconstruction du genre super-héroïque, ce récit choral et boulimique, parfaitement maîtrisé et superbement chorégraphié, assure un spectacle permanent étonnant au ton juste et profondément humain.

Empruntant autant à NYPD Blue qu’à Brooklyn 99 - séries procédurales télévisuelles de référence l’une dramatique, l’autre comique -, rappelant parfois certaines œuvres essentielles comme le Baltimore de David Simon - enquête journalistique d’exception sur une année dans un commissariat (et matrice de la série TV de légende The Wire) - et utilisant les codes et les styles du comics-book, Top Ten réussit l’exploit d’effectuer une synthèse cohérente et aboutie de ces différents genres tout en ayant une voix propre et une charte graphique, si elle est référentielle en diable, immédiatement reconnaissable et de très grande qualité.

Le croisement des genres va d’ailleurs bien plus loin que l’unique fond ou la seule forme, le comics ayant le bon goût de trouver un équilibre entre produit grand public - mainstream - et œuvre d’auteur - indépendant - permettant à ces 2 styles habituellement aux antipodes de cohabiter harmonieusement, de se nourrir mutuellement et d’ajouter à des thématiques déjà riches des strates de lecture supplémentaires, les références, clins d’oeil et détournements étant légions.

Si chaque épisode est une pièce supplémentaire aux puzzles que constituent les enquêtes "fils rouges” de Top Ten, c’est aussi et surtout l’occasion d’une remarquable étude de mœurs dans une société aux impressionnantes caractéristiques ainsi qu’une plongée sans concession dans les quotidiens des agents du commissariat et de l’impact que les situations qu’ils rencontrent peuvent avoir sur leur vie, celles de leurs proches et sur les citoyens de Néopolis. Sans fard, avec réalisme et beaucoup d’affection, les dialogues, aidés en cela par le style graphique réaliste, donnent à chaque personnage une identité propre, une très belle – et quelque part, très nostalgique - caractérisation qui en fait ressortir, avec justesse, la profonde humanité. Une lecture policière de fort belle tenue, qui n’oublie jamais ni son univers, ni son propos et assurément pas ses protagonistes. Une œuvre rare à conseiller et à partager.

Top Ten est une oeuvre de LA légende vivante des comics, le seul, l’unique, l’insurpassable Alan Moore. Scénariste anglais prolifique, il est – entre autres – l'auteur des comics multiprimés (et avec raison) - et adaptés au cinéma (avec beaucoup moins de bonheur) - : La Ligue des Gentlemen Extraordinaires ; V for Vendetta ; From Hell...Son opus majeur, seul comics présent dans la liste du magazine Times des 100 meilleurs romans anglais depuis 1923, œuvre majeure à bien des égards, qui aura été déclinée aussi bien en film - de bon aloi et assez fidèle - qu’en série - vraie-fausse suite extraordinaire - est le célébrissime Watchmen. La plupart de ses œuvres sont de très grande qualité et méritent, chacune à leur niveau, d’être expérimentées - au vu de l’expérience, le verbe lire ne paraît pas suffisant -. Son 2ème roman, Jerusalem, paru en 2017, en est le parfait exemple : c’est ainsi non seulement un récit-monde impressionnant mais surtout un monument, d’ores et déjà légendaire, de littérature. Là où Moore passe, les passions toujours s’amassent - et les réussites pleuvent -. La partie graphique est assurée, de fort belle manière, par Gene Ha. Son trait méticuleux, la foultitude de détails qu’il glisse dans ses cases, sa gestion impressionnante de l’espace et son oeil incroyable pour le design des personnages et des concepts concourent au succès mérité qu’a eu Top Ten dès sa sortie.

Pour qui : toutes celles et tous ceux qui apprécient les films noirs et les comédies policières chorales ; les fans de procedurals télévisuels et d’histoires bien troussées ; ceux qui aiment être surpris et apprécient le mélange des genres ; les complétistes de l’oeuvre de Moore et ses détracteurs - c’est toujours une cartouche supplémentaire - ; ceux qui en ont marre des super-slips dans leur monde fantasmatique et souhaiteraient  les découvrir en situations “réelles” / lecteurs avertis - dès 16 ans -

Le + : Récompensé de 2 Eisner Awards, Top Ten a été très bien reçu aussi bien par le public que par la critique. Techniquement, Top Ten est constitué de la série éponyme principale et de 2 spin-off - séries dérivées en lien avec l’univers -, Smax , basée sur l’un des officiers de Top Ten et ses aventures dans un royaume d’héroic fantasy et Forty-Niners, sur les prédécesseurs des Top Ten. L’intégrale de Urban Comics réunit ces 3 séries ainsi que des galeries de couvertures et des croquis préparatoires.

Top Ten - broché - série complète - 35€ - environ 650 pages - édition française Urban Comics

 

Aller plus loin

Vous recherchez

L'actu en poche...

Restez informés !

Vous souhaitez être informé de la publication de nouveaux articles par e-mail, 
abonnez-vous !

Nom