14août

François Petrazoller : « être archiviste, c’est une vocation »

Retour |

Une histoire aussi riche que celle du département des Vosges est importante à conserver. Chaque jour, les Archives départementales des Vosges œuvrent à ce que les documents soient collectés et conservés pour informer les citoyens. François Petrazoller, conservateur général du patrimoine et chef de service des Archives départementales, explique le quotidien et les devoirs d’un archiviste.

Cela fait maintenant 7 ans que François Petrazoller a posé ses valises aux Archives départementales des Vosges. Il explique que la mission d’un archiviste est « de donner accès à la mémoire ». Une mémoire de 30 km linéaire. Mais avant cela, il faut collecter les informations et les classer. Que ce soit de fonds privés ou publics, les documents récoltés sont importants pour l’histoire du département et de ses citoyens. Les archives ont plus d’une corde à leur arc. L’un de leur rôle est de restaurer les documents abimés. Dans ce cas, le but n’est pas de reconstituer l’information, mais de stopper le processus de destruction. Les archivistes sont également amenés à guider les Vosgiennes et Vosgiens dans leurs recherches de documents.

Conserver des archives papiers

Le rôle premier de l’archiviste est de bien conserver les documents pour qu’ils puissent être lisibles ou utilisables aujourd’hui, mais aussi dans plusieurs centaines d’années. Pour les archives papiers, lors de la collecte, si l’une d’entre elles est trop endommagée et jugée peu importante, elle peut être détruite afin de ne pas « contaminer » les autres. Certains documents, peu abimés ou très importants, sont restaurés. Enfin, une fois ce processus terminé, chaque document est rangé dans une boîte spéciale, en carton neutre, pour ne pas altérer le papier. Le tout est classé dans de larges pièces, sans fenêtres et climatisées. Le but est d’éloigner les documents de la lumière, de la chaleur, de la moisissure et des insectes.

Rafraîchir les archives numériques

Pour les archives électroniques, qui se développent de plus en plus, il faut prendre soin du support. Par exemple, un document électronique « souffre » s’il est lu trop souvent, si le disque dur dans lequel il est sauvegardé tombe. Ou encore, si le document n’est pas dans un format récent. Par exemple, un document écrit il y a 20 ans n’est probablement plus lisible de nos jours. C’est pourquoi, tous les 5 ans, les archivistes rafraîchissent le format du document électronique. Ils vérifient son état et le convertissent en un format plus récent.

Mémoires d’un confiné

Cette année, la crise sanitaire a poussé les Archives départementales des Vosges à créer de nouveaux documents. Les archivistes ont fait appel aux Vosgiennes et Vosgiens pour témoigner leurs ressentis lors du confinement. François Petrazoller explique que, « de base, les archivistes collectent des documents déjà existants. Avec les mémoires de confinement, on a demandé aux [citoyens] de créer les documents ». Une centaine de documents ont été envoyés et sont déjà conservés, au même titre que les procès de sorcières ou les plans aériens de communes dessinés à la main.

Aller plus loin

Vous recherchez

L'actu en poche...

Restez informés !

Vous souhaitez être informé de la publication de nouveaux articles par e-mail, 
abonnez-vous !

Nom