25sept.

COMICS ET VOUS : These Savage Shores

Retour |

Au XVIIIème siècle, l’empire britannique cherche à étendre son influence, à conforter ses intérêts et à sécuriser ses routes commerciales, en particulier la route de la soie via la Compagnie des Indes. Un choc civilisationnel et culturel majeur s’annonce avec cette rencontre/union/concurrence entre l’Orient et l’Occident, faite de recherche de profits, de manœuvres délétères, d’échanges dissymétriques, de trahisons majeures, de conflits ouverts et d’incompréhensions mutuelles. C’est dans cette période charnière de l’impérialisme britannique qu’Alain Bonnefont, vampire de son état, bravache et fier de sa nature, écume les nuits londoniennes et fait moults victimes au gré de ses fantaisies. Imprudent, il se voit démasqué et exposé par un chasseur de son engeance, ce qui contraint ses pairs - qui n’aiment rien moins que la publicité - à l’exfiltrer vers les Indes en qualité de consultant. Dans ce nouveau pays, aux saveurs exotiques et aux senteurs inédites, où tout est différent et sauvage, Bonnefont ne tarde pas à vouloir retrouver ses “bonnes” habitudes, soit exsanguiner tout ce qui a l’heure de lui plaire ou d’exciter sa convoitise de prédateur nocturne...mais il va très vite apprendre , à ses dépens exclusifs, qu’à autre lieu, autres mœurs et que les crocs et les griffes autochtones valent bien – et surpassent surtout – ceux du  vulgum pecus vampire...Cette leçon entre monstres, loin de s’arrêter à cette escarmouche définitive pour l’un des protagonistes, va déclencher une série d’évènements qui, étroitement enchevêtrée aux problématiques politiques, sociétales et  économiques des Indes, va changer l’équilibre des pouvoirs, ébranler les certitudes qui semblaient acquises, provoquer des conflits aux ramifications insoupçonnées et marquer à jamais bien des vies - ou des non-vies, c’est selon -. Quand les cultures, les mythes et les peuples se rencontrent et se confrontent, c’est l’histoire qui vient à prendre des chemins étonnants et passionnants. Un titre à la croisée des genres, visuellement splendide et à l’écriture fluide et érudite pour la plus belle des invitations au voyage. A découvrir absolument.

These Savage Shores est une œuvre protéiforme qui embrasse nombre de thématiques, d’influences et de mythologies pour aboutir à un récit dense, riche et envoûtant, qui n’hésite ni à se montrer émotionnel, ni à se montrer cruel pour instiller une ambiance à nulle autre pareille, mi-gothique, mi-sauvage. Alliance assumée des charmes de la perfide Albion et des mystères de Malabar - ancienne division des Indes britanniques -, et au croisement des récits fantastiques et historiques, These Savage Shores offre un véritable feu de Bengale, terriblement rougeoyant, qui se pare ainsi des plus beaux atours de styles terriblement XVIIIème, revisités pour l’occasion, pour un résultat abouti et surprenant. Récit initiatique et de vengeance, chronique de guerre et de chasse, histoire d’amour et d’acceptation de soi, mythes hindous et folklores vampiriques, tous les imaginaires, et par-delà tous les “grands anciens” - R.L.Stevenson ; Jules Vernes ; Bram Stocker...mais aussi le Bhagavad-Gita (œuvre spirituelle hindoue majeure) - sont convoqués avec en toile de fond le choc de 2 civilisations aux idéaux antinomiques et aux orientations contradictoires, les ravages des guerres tribales et des conflits commerciaux, la sombre histoire coloniale et l’impérialisme galopant qui ont marqué cette époque. La narration, entièrement au service de cette histoire chorale qui se déroule sur une période de temps allongée - plusieurs mois -, se veut tantôt lyrique, tantôt exaltée mais toujours à hauteur de personnages purs produits et de leur époque, et de leur vécu. L’usage de lettres manuscrites pour faire avancer le récit tout en épousant le point de vue des protagonistes, fortement inspiré des romans épistolaires, XVIIIème siècle oblige, participe à l’immersion du lecteur dans une histoire savamment orchestrée aux rebondissements inattendus. Ram V, scénariste d’origine indienne qui a suivi ses études en Angleterre, maîtrise totalement son sujet et propose ainsi un récit aux relents doux et épicés, profondément ancré dans l’histoire commune de ses 2 pays, dans un contexte particulier, celui du XVIIIème, où traditions et modernité, avant de s’apprivoiser mutuellement et d’avancer ensemble, se sont heurtées de plein fouet. Comics pluriel, The Savage Shores souffle le chaud et le froid, et mélange les vapeurs de Bombay et le fog de Londres pour une lecture épique et romanesque : le merveilleux et l’horreur s’y côtoient, la sauvagerie et la civilisation s’y étripent, l’amour et la vengeance vont de pair...dans une ambiance exotique et dépaysante aussi superbe que brutale. La partie graphique, d’une beauté infinie et au sens esthétique remarquable, participe pleinement à ce voyage en terre inconnue. Les scènes intimistes sont inoubliables, les moments d’angoisse effrayants, la violence viscérale, la végétation luxuriante, les ruelles de Londres lugubres à souhait, et les Indes un rêve éveillé où la magie a encore droit de cité. Ces planches à couper le souffle, ce découpage aux petits oignons, ce trait fin et précis est dû au talent de l’incroyable Sumit Kumar qui fait de The Savage Shores un recueil de tableaux animé à la somptuosité sans égale, magnifié par l’incroyable palette de couleur de Vittorio Astone. Un comics original et inspiré de très belle tenue, à la forme et au fond indissociables et complémentaires. Un bon moment en perspective !  
Ram V est loin d’être un inconnu du monde des comics : il a à son actif des œuvres originales saluées par la critique - Paradiso ; Grafity’s Wall ; Ruin of Thieves - et a travaillé en particulier pour DC Comics sur des franchises connues - Justice League ; Detective Comics ; Batman... - ; il doit prochainement prendre les rênes de la série Catwoman. Artiste indien travaillant en free-lance, le dessinateur Sumit Kumar s’est principalement distingué chez DC Comics - Batman ; Pennyworth...- avant de dessiner The Savage Shores, sa masterpiece à cette heure. Le coloriste italien Vittorio Astone, indissociable de ce comics, travaille également en free-lance et a surtout réalisé des nouvelles graphiques pour Heavy Metal – la version américaine du célèbre magazine “Metal Hurlant” -.

Pour qui : toutes celles et tous ceux à la recherche d’un comics concept bourré d’action et d’humour / ceux qui s’interrogent sur les processus créatifs et les doutes des créateurs / les fans de Terminator, de 2001, de Space Opera et de Science-Fiction...ainsi que de Las Vegas Parano / ceux qui veulent découvrir un style graphique d’exception assez unique en son genre / Lecteurs avertis - dès 16 ans -

Le + : These Savage Shores a la particularité de n’avoir de comics que le nom - ayant été produit par une société américaine -, son écriture et son style graphique rappelant plutôt les bandes dessinées européennes avec son côté franco-belge “ de prestige” très marqué. Ce récit complet a bfait très forte impression lors de sa parution et est considéré comme l'un des meilleurs - si ce n’est le meilleur - comics indépendants - issu d’une petite structure - de l’année.

These Savage Shores – broché - 176 pages - 17,90€ - édition française Hi Comics

 

Aller plus loin

Vous recherchez

L'actu en poche...

Restez informés !

Vous souhaitez être informé de la publication de nouveaux articles par e-mail, 
abonnez-vous !

Nom