28janv.

Un tremplin vers l'emploi et l'insertion sociale

| |

Près de 12.000 vosgiens perçoivent le RSA. Un chiffre que la crise sanitaire et économique actuelle devrait sans doute venir gonfler. Tous peuvent bénéficier du programme départemental d'insertion (PDI) piloté par le Département qui a pour objectif de favoriser le retour à l'emploi.

Sandrine Miclot, Déléguée insertion à la MSVS de Saint-Dié est ainsi chargée de la mise en œuvre de la politique d’insertion du Département et, à ce titre, assure la coordination du dispositif RSA pour environ 1 100 foyers situés dans les vallées de la Plaine, du Rabodeau et à la périphérie de Saint-Dié-des-Vosges. « Il s’agit tout d’abord de prendre contact avec l’allocataire pour lui exposer ses droits et devoirs et ensuite de l’orienter vers la structure qui sera chargée de son accompagnement, soit Pôle emploi, soit une association à vocation sociale ou un Référent social du Conseil départemental », précise-t-elle. En effet, pour favoriser l’insertion professionnelle des demandeurs d’emploi, le Conseil départemental a signé en 2015, une convention de coordination avec Pôle emploi. En parallèle, pour aider à l’insertion sociale des bénéficiaires du RSA, le Conseil départemental propose chaque année des appels à projets.

Faciliter le retour à l’emploi

Pour de nombreux allocataires du RSA, chômeurs de longue durée ou en fin de droit, jeunes sans qualification, le retour à un emploi est un véritable parcours du combattant. Les plus proches de l’emploi, sont orientés par Sandrine vers des structures adaptées, financées par le Département (associations intermédiaires, Solidarité Paysans, CTPS…). « Je suis là pour garantir la mise en œuvre des accompagnements réalisés par les référents », ajoute-t-elle. « Ils proposent aux personnes des solutions à leurs problèmes de logement, de santé, de mobilité, de formation, de gardes d’enfants…», souligne Sandrine qui les oriente vers des structures financées par le Département.

Lutter contre l’exclusion sociale

« Pour certaines personnes, accéder à l’emploi et à la formation n’est pas toujours envisageable immédiatement. Il est parfois nécessaire de les aider à rompre l’isolement dans lequel elles s’enferment » déclare Sandrine Miclot. « Dans ce but, je m’appuie sur les compétences des autres professionnels  de la MSVS (conseillère logement, équipe PMI, aide sociale à l’enfance, psychologue, travailleurs sociaux…) et sur les autres directions du Conseil départemental (Direction de la Culture, du Sport et de la Jeunesse, Service Économie Emploi et Mobilité…), ainsi que sur des partenaires et des associations locales financés ou non par le Conseil départe mental qui proposent des activités éducatives, sportives, culturelles… ». Des actions collectives sont proposées autour de la pratique du « sport en famille » ou de la parentalité. « Archipel » organise notamment des « cafés parents », la Ligue de l’Enseignement invite les familles à se réunir une fois par semaine pour organiser des activités de loisirs en famille, propose des animations lors des consultations de PMI afin de faire découvrir les plaisirs de la lecture et du jeu en famille… Toutes ces actions contribuent à une dynamique de développement social local, qui ne peut exister qu’à travers la présence de partenaires territoriaux. « Mon rôle est de mobiliser ces forces vives et de construire avec elles des actions pour créer du lien, révéler les compétences, les savoir-faire, les ressources et le potentiel que chacun porte en lui et d’ouvrir ainsi le champ des possibles », conclut Sandrine Miclot.

LÉGENDE PHOTO : Sandrine Miclot en réunion de travail au jardin collectif de l’association « Échanges et Cultures » à Senones.

Aller plus loin


Vous recherchez

L'actu en poche...

Restez informés !

Vous souhaitez être informé de la publication de nouveaux articles par e-mail, 
abonnez-vous !

Nom