12avr.

Les Rendez-vous du MUDAAC. Episode 38

Retour |

Avec la rubrique « Les rendez-vous du MUDAAC », Vosges Mag vous invite à découvrir à distance une des œuvres conservées au musée départemental d’art ancien et contemporain (MUDAAC) à Epinal. Cette semaine, il s’agit d’une peinture à l’huile de Maximilien LUCE. Le peintre nous offre ici une belle perspective sur les toits de Paris.

Initialement formé à la gravure sur bois, Maximilien Luce suit l’enseignement de Carolus Duran qui l’initie à la peinture. Il est l’un des initiateurs du mouvement néo-impressionniste, avec Seurat et Signac. Il peint par touches juxtaposées, formant des pointillés, afin de décomposer les couleurs et les volumes. Ses sujets de prédilection sont les paysages, notamment urbains. Peintre de son époque, Maximilien Luce s’intéresse au monde ouvrier et aux métiers de la construction (maçon, terrassier, débardeur). 

 

Dans ce paysage, Maximilien Luce surplombe les toits de Paris, depuis une fenêtre du boulevard Arago. Les tonalités ocre, pour les toits en tuile, et grises, pour ceux en zinc, dominent au premier plan. La nature est largement présente avec les arbres des jardins de l’Observatoire, autour desquels semble s’être organisée l’élévation des immeubles. L’Observatoire est l’élément central de la composition, identifiable grâce à ses deux coupoles. Fondé en 1667, il demeure le pôle national d’excellence de recherche en astronomie, le plus ancien encore en activité au monde. En arrière-plan se dresse le Panthéon, couronné par un dôme.

Le “Paris” de Maximilien Luce est dans ce tableau dominé par le découpage géométrique des toits et cheminées fuyant vers le haut de la composition, accentuant la sensation de profondeur. Le travail du gris teinté de vert, d’ocre et de beige accroît la luminosité, renforcée par le ciel gris bleuté.

Acheté par l’État en 1940, la Vue du quartier de l’Observatoire de Luce intègre les collections du musée national d’Art moderne avant d’être déposé en Musée départemental des Vosges en 1955. Ce tableau illustre la volonté de « répartition » des collections nationales sur le territoire, et en particulier dans les musées de province. Le dépôt, de cette œuvre et de douze autres peintures témoigne de la volonté du conservateur de l’époque, André Jacquemin, de développer la section d’art moderne du musée.

Retrouvez les collections du MUDAAC sur le site internet : mudaac.vosges.fr

LUCE Maximilien
Paris, 1858 – Rolleboise, 1941
Vue du quartier de l’Observatoire
Entre 1882 et 1889
Peinture à l’huile sur toile
Dépôt du Musée d’Orsay
D.C.1509.5

© Dépôt du Musée d'Orsay, Paris au MUDAAC - Épinal, cliché Bernard Prud'homme

 

Aller plus loin

Vous recherchez

L'actu en poche...

Restez informés !

Vous souhaitez être informé de la publication de nouveaux articles par e-mail, 
abonnez-vous !

Nom