07mai

Les Vosges : Terre de Blocs ?

Retour |

A l’Est du département, les vastes forêts du massif abritent un monde minéral aux décors fantastiques faits de roches, de pierres et de blocs. Dans ces lieux parfois insoupçonnés, des amoureux d’escalade assouvissent leurs désirs les plus fous… ou plutôt les plus simples. Grimper, toujours grimper ! 

Dans les Vosges, un petit groupe d'une cinquantaine de « bloqueurs » gravitent autour de sites de blocs et d'escalade dans des secteurs allant de Bruyères à Saint-Dié en passant par Remiremont et les Hautes-Vosges. En pleine nature, ils pratiquent un sport peu connu du grand public.

Les Vosges sont-elles une "terre promise" du bloc ?

Le rendez-vous est pris ! Gautier m’envoie un sms : « On se rejoint vendredi pour une exploration et l’ouverture possible d’un futur site ». Après une petite marche d’approche sur une route forestière, nous changeons brusquement de direction en prenant sur la droite. On s’engage dans une pente qui ressemble à un ancien chemin d’exploitation. Soudain, au détour d’un énorme sapin, un rocher se dessine, puis un autre apparaît là-bas, et encore un autre plus loin.

Une paroi rocheuse nous regarde...

« On se pose ici et on attend Raph’ »

 Les oiseaux se remettent à chanter, le vent se lève entre les branches, la forêt nous a avalé et nous digère dans son ventre de mousse...

Intiment liée à l’histoire de l’alpinisme, le bloc ou « l’escalade rocheuse » est apparue à la fin du 19ème siècle probablement en Angleterre, au Pays de Galle et en Écosse. Elle permettait aux alpinistes de s’entraîner en vue de futures expéditions.

On cite parfois Oscar Eckenstein, alpiniste anglais née en 1890, qui est considéré comme un des précurseurs de la discipline. Le bloc se pratique sur des amas rocheux de différentes tailles et hauteurs, sans l’assurance d’une corde, de mousquetons et d’un baudrier.

Plus tard, en France, c’est au début du XX ème siècle que la Forêt de Fontainebleau voit naître le « Groupe de bleau », constitué de nombreux alpinistes qui s’exercent aux blocs, et notamment Pierre Alain, l’inventeur du chausson d’escalade et d’autres innovations techniques en alpinisme. Aujourd’hui, Fontainebleau est reconnue comme un site majeur de bloc en France et à l’international.

Peu à peu, la pratique du bloc se démocratise, se professionnalise et « s’exporte » aux quatre coins du monde. On peut grimper des rochers un peu partout dans le monde : France, Espagne, Suisse, Etats-Unis… et dans les Vosges bien sûr !

La pratique du bloc permet de développer son endurance, de travailler des mouvements techniques ou encore d’augmenter la force des doigts. C’est un sport exigeant où l’on évolue principalement en pleine nature. Ce lien direct avec la roche et avec les éléments naturels procure un sentiment de liberté singulier.

L’équipement se résume à des chaussons d’escalade, un « crash pad » ; un tapis de chute plus ou moins épais qui améliore la sécurité du grimpeur, des brosses pour « nettoyer le caillou » et surtout une bonne dose de patience pour arriver en haut de certains blocs aux passages délicats.

Comme dans tous les sports, le risque de blessure existe; mais malgré l’engagement parfois impressionnant des grimpeurs et la technicité de certaines parois, les accidents graves sont choses rares. Les « bloqueurs » ne sont pas fous. On évite de grimper tout seul et sans un « assureur » qui maîtrise la parade en tenant ses bras écartés tournés vers le grimpeur, les mains placées au niveau de son bassin, pour amortir la chute.

Il faut aussi apprendre à se connaître et ne pas surestimer son niveau, ni brûler des étapes. Lorsque l’on débute, il est bon de commencer « petit », puis à mesure que son niveau augmente, on peut envisager des blocs plus difficiles et techniques.

Sur le site de l’association Bloc Note, on trouve de nombreuses informations sur la pratique du bloc dans les Vosges et des topos détaillés de certains sites.  

Pour suivre l’actu de « petite communauté du bloc » dans les Vosges cliquez ici

Le site internet de Bloc Note est par là !

Crédits photos : Bloc Note / Gautier Ziefle

La pratique du bloc ne doit pas s’exercer seul et sans protection.

Aller plus loin

Vous recherchez

L'actu en poche...

Restez informés !

Vous souhaitez être informé de la publication de nouveaux articles par e-mail, 
abonnez-vous !

Nom