16juin

Transmettre les bonnes pratiques au rucher des Avolets

Retour |

Le saviez-vous ? Il existe à Rupt-sur-Moselle une école un peu magique, mais rassurez-vous, sans apprenti sorcier ! Le rucher-école des Avolets forme ses apprenants à l’alchimie de la confection d’un fabuleux nectar, prisé par petits et grands : le miel.

Membre depuis vingt ans, Michel Filstroff est Président du Syndicat du Miel de la Montagne Vosgienne depuis 2018. Cet apiculteur passionné est également formateur. « Tout a commencé au détour d’une promenade il y a quarante ans, au cours de laquelle j’ai fait la connaissance d’un apiculteur qui m’a fait découvrir cet univers que je ne connaissais absolument pas. Depuis, je possède 27 ruches à Vienville, où je réside. J’ai transmis cette passion à mon second fils qui est maintenant éleveur d’essaims, sélectionne les reines, et est apiculteur. »

Michel Filstroff a également choisi de transmettre les bonnes pratiques aux apprentis apiculteurs du Rucher des Avolets. Cette année ils sont une trentaine, âgés de 30 à 50 ans, à venir un samedi sur deux durant un an pour se former grâce aux 40 ruches que compte le syndicat. De plus en plus de femmes se passionnent pour cette activité. « Cela fait plaisir de rencontrer des personnes intéressées non pas seulement par un investissement financier mais par les abeilles elles-mêmes. La formation consiste avant tout en un partage de connaissances. A l’issue les personnes savent conduire les ruches. »

Le département compte actuellement 1100 apiculteurs dont 40 seulement qui bénéficient de la très sélecte Appellation d’Origine Protégée Miel de Sapin des Vosges. Il faut compter environ 600€ pour commencer avec une ruche, une tenue et un essaim.

365 jours de la vie d’un apiculteur

« L’hiver est consacré à la maintenance des cadres, l’entretien des ruches vides. On prépare la saison à l’atelier », explique Michel Filstroff. « Un apiculteur doit être réactif aux amplitudes thermiques et à la ressource hydrique. Il se cale aussi sur l’évolution de la végétation. » Si 2020 a été une année exceptionnelle par la qualité et la quantité de miel produit, le printemps 2021 particulièrement maussade inquiète. « Les caisses sont vides et l’on doit nourrir les abeilles avec des pâtes et sirop de glucose. »

Ce qui fascine depuis tant d’années l’apiculteur émérite est leur résilience et leur savoir-vivre ensemble.

Chiffres clés

Les Français consomment chaque année 40 000 tonnes de miel. Mais seuls 7000 tonnes sont du miel fabriqué en France. Le reste est importé. « En 1997 pourtant la France était en autosuffisance. La faute à la bétonisation et l’agriculture intensive entre autres, » explique Michel Filstroff. « Il faut lancer partout des petites initiatives pour protéger la biodiversité et donc les abeilles. Par exemple planter du lierre grimpant, très mellifère. »

Syndicat du Miel de la Montagne Vosgienne
Le Syndicat du Miel de la Montagne Vosgienne compte 340 adhérents. Ils disposent ainsi gracieusement de la miellerie du rucher-école des Avolets.
Il a plusieurs objectifs : la défense de l’abeille et de l’apiculture, la promotion d’un miel de qualité, le partage des connaissances au sein du rucher école, la préservation de la biodiversité et l’information du grand public à l’occasion de fêtes, d’expositions ou dans les écoles. Ainsi, la prochaine Fête de l’Abeille aura lieu les 21 et 22 août sur le site de Rupt-sur-Moselle, avec au programme plusieurs conférences.
Le rucher siège au Conseil d’Administration de l’Appellation d’Origine Protégée du Miel de Sapin des Vosges et participe à la commission d’agrément.

Contact :
Syndicat du Miel de la Montagne Vosgienne
15 route de Lépange
Lieu-dit Les Avolets
88360 Rupt/Moselle
Courriel : mmv@orange.fr
Site internet ICI

 

Aller plus loin

Vous recherchez

L'actu en poche...

Restez informés !

Vous souhaitez être informé de la publication de nouveaux articles par e-mail, 
abonnez-vous !

Nom