28juin

Les Rendez-vous du MUDAAC.Episode 47

Retour |

Avec la rubrique « Les rendez-vous du MUDAAC », Vosges Mag vous invite à découvrir à distance une des œuvres exposées au musée départemental d’art ancien et contemporain (MUDAAC) à Epinal. Cette semaine, quoi de plus naturel avec l'arrivée des vacances d'été que de vous emmener en bord de mer avec  un tableau du peintre  Albert ANDRÉ

Dessinateur industriel de formation pour la fabrication de soierie, Albert André s’installe à Paris en 1889 et s’inscrit à l’Académie Julian. Il expose au Salon des Indépendants à partir de 1894 et figure au Salon d’Automne de 1904 à 1944. Il livre des compositions colorées dans lesquelles les personnages s’intègrent parfaitement aux paysages ou aux scènes de la vie moderne. Imprégné du mouvement post-impressionniste notamment grâce à ses amitiés avec Auguste Renoir, Albert Marquet ou Pierre Bonnard, il apporte un soin particulier au traitement des couleurs : la douceur de leur tonalité exprime toute la sensibilité du peintre et une certaine nostalgie des moments capturés.

 

Plusieurs toiles d’Albert André datées des années 1917-1918 attestent de sa présence à Marseille, dans le quartier d’Endoume. Nous pouvons supposer que ce déjeuner au bord de la mer fait face à la Méditerranée. André associe ici deux sujets de prédilection pour les peintres de l’époque : la mer et ses multiples variations et la scène quotidienne du déjeuner. Dans cette scène, un couple est assis à table, sur un balcon délimité par un claustra en croisillons. L’homme accoudé sur le rebord semble écouter la femme, dont le regard fait face à la mer qui occupe une large partie de la composition. Le peintre transcrit les reflets du soleil sur l’eau par de petites touches blanches qui illuminent la composition, malgré un ciel grisé au loin.

 

Cette œuvre a été acquise en 1920 par l’État, pour le musée du Luxembourg qui enrichit ses collections par les achats d’artistes contemporains aux Salons. C’est une manière pour l’État de soutenir la création contemporaine. Elle est ensuite attribuée au musée du Louvre puis au musée d’Orsay, par logique de découpage chronologique des fonds des différentes institutions. C’est en 1955 que l’œuvre est déposée au Musée départemental avec une série de peintures d’art moderne. C’est la première volonté du nouveau conservateur de l’époque, André Jacquemin, d’ouvrir les collections du musée à l’art moderne et contemporain.

 

Retrouvez les collections du MUDAAC sur le site internet : mudaac.vosges.fr

© MUDAAC - Épinal, cliché L'Œil Créatif
Albert André (Lyon, 1869 ; Avignon, 1954)
Le Déjeuner au bord de la mer, 1917
Peinture à l’huile sur toile
LUX 1509, dépôt du Musée d’Orsay

Aller plus loin

Vous recherchez

L'actu en poche...

Restez informés !

Vous souhaitez être informé de la publication de nouveaux articles par e-mail, 
abonnez-vous !

Nom