21janv.

De l’est canadien à l’est vosgien, la famille Banville traverse l’Atlantique

Retour |

C’est un retour aux sources pour Cindy mais un changement de vie total pour Joël son mari et ses deux enfants.  En mai dernier, la crise sanitaire n’a pas fait reculer cette famille qui a décidé de tout quitter au Québec pour emménager à Ramonchamp. Une installation pleinement réussie dans les Vosges ! 

C’est un retour aux origines pour Cindy Marie, 36 ans, qui a passé sa jeunesse dans les Hautes-Vosges, à Bussang précisément. Le baccalauréat en poche, elle entame des études d’infirmière. Son parcours semble alors tout tracé mais Cindy ressent une grande envie de changement et d’ailleurs. « Je suis donc partie à 19 ans à la découverte du Québec un jour de décembre 2004, au terme d’un long périple, moi qui n’avais jamais voyagé. Je n’avais pas envisagé un tel froid, qui atteint habituellement -20° à -30°. J’avais seulement emporté avec moi des vêtements adaptés à l’hiver vosgien ! », en sourit-elle encore.  

Cindy emménage à 600 km de Montréal, dans la ville de Rimouski. Elle y découvre la culture nord-américaine, la beauté des paysages canadiens et l’amour. Un premier enfant pointe le bout de son nez, puis un second quelques années plus tard avec Joël, qui allait s’expatrier quelques temps après son coup de cœur pour les Vosges... 

Après différentes expériences professionnelles, Cindy renoue sur place avec son besoin de prendre soin des autres. Elle suit une formation approfondie en massothérapie, un complément de l’ostéopathie et de la kinésithérapie et se met à son compte. 

Révélation pour les Vosges 

 C’est au cours de vacances en 2017 en France que son mari, Joël, et les enfants, Gabriel et Samuel, découvrent les Vosges. C’est une révélation pour les Québecois ! Très vite l’idée de quitter le Canada pour les Vosges s’impose dans la famille. Pour Gabriel, 15 ans maintenant, et Samuel, 8 ans, c’est l’envie de découvrir ses racines vosgiennes qui est la plus forte tandis que pour Joël c’est un coup de cœur pour les paysages à la fois proches mais différents des forêts d’Amérique du Nord. La maman explique : “Les enfants portent un grand intérêt pour l’histoire, le patrimoine et plus largement pour la découverte de nouveaux horizons. Quant à mon mari, la douceur du climat comparé à celui du Québec l’ont aussi définitivement séduit. Pour ma part, le retour sur mes terres natales, la montagne vosgienne, la proximité de ma famille m’ont décidé à franchir le pas”.  

Changement de vie avec 4 valises

Un an de préparation aura été tout de même nécessaire avant l’installation de la tribu à Ramonchamp : “ Vente de la maison, des voitures, cession de mon activité, préavis de départ à l’employeur de Joël...C’est ainsi que nous sommes arrivés en mai dernier à l’aéroport de Roissy avec seulement 4 valises en pleine crise sanitaire. Mais rien ne nous a fait changer d’avis. Notre vie était désormais dans les Vosges.”  

Depuis, la famille ne regrette pas du tout son choix de vie dans l’Est...vosgien. Le logement est trouvé facilement, Cindy reprend à Saint-Maurice/Moselle son activité professionnelle de massothérapeute comme auto-entrepeneur  et sa petite entreprise CMB Massage  connait déjà un joli succès. Joël, avec son bel accent venu d’outre-Atlantique, a signé un CDI dans les travaux publics à Cornimont. Quant aux enfants, ils ont retrouvé très vite de nouveaux amis à l’école et l’adaptation s’est faite naturellement. 

Premières impressions et que du positif ! 

 Cindy raconte : “ Je pensais que ce serait plus difficile que ça mais au final le plaisir réciproque d’échanger sur les points communs et les différences de mode de vie au Québec enrichit. Nous avons tous reçu un super accueil dans les Vosges ! Personnellement j’ai retrouvé des visages familiers, mes anciennes amies vosgiennes m’ont retrouvée. Dans les Vosges on ne vous oublie pas ! Je suis à nouveau chez moi”. 

Et les enfants ? “Ils apprécient le rythme scolaire français avec la liberté du mercredi, les vacances, le plus grand nombre d’heures de sport et la diversité des programmes.” 

Joël parle de son expérience d’installation dans les Vosges avec le sourire : “Mon adaptation se passe bien. Evidemment on me taquine parfois avec mon accent... J’ai hâte que la saison de pêche débute ! Je suis fan des paysages, le Québec ne me manque pas, et surtout pas le grand froid !”. 

Aller plus loin

Vous recherchez

L'actu en poche...

Restez informés !

Vous souhaitez être informé de la publication de nouveaux articles par e-mail, 
abonnez-vous !

Nom