24févr.

L’artiste Florent Meyer, interrogatif mais optimiste

Retour |

Le trentenaire, qui expose actuellement au Conseil départemental des Vosges à Epinal, propose au travers ses œuvres une réflexion sur les enjeux contemporains. Portrait. 

D’origine strasbourgeoise, Florent Meyer découvre dès son enfance les Vosges, du côté de la vallée du Rabodeau. Plus il grandit à deux pas du port de la capitale alsacienne, plus il apprécie passer du temps à la campagne et dans la forêt vosgienne. « Avec un père artiste peintre et graveur, une mère amatrice d’art, le capital culturel devient vite pour moi plus important que le capital économique. J’ai grandi dans un bain artistique ». 

 Un baccalauréat Littérature et Arts Plastiques en poche, il part faire les Beaux-Arts à Toulouse mais se trouve en décalage avec l’art contemporain enseigné et décide de trouver une autre voie. Ce sera une troisième année universitaire en anthropologie, à Paris cette fois. « Je vivais à Saint-Denis où j’avais un petit atelier. J’allais aux cours du soir d’arts, où j’ai noué des liens avec l’artiste Shadi Al Zaqzouq. De 2011 à 2015, il m’enseignera de nouvelles techniques, me redonnant foi en la peinture. » Parallèlement Florent Meyer suit durant un an une formation de peintre en décor à l’Ecole d’Art Mural de Versailles. « Entre Saint-Denis et Versailles, j’ai pu appréhender les différentes réalités économiques et culturelles aux quatre coins de l’Ile de France. Et puis je profitais d’aller chaque semaine faire du dessin au musée du Louvre. » Mais l’artiste finit par ressentir un épuisement émotionnel. « Je ne supportais plus la grande ville marquée par un trop plein d’urbanisation, une fracture à la fois territoriale, sociale, contemporaine, les violences humaines, mais aussi la précarité en tant qu’artiste tant le coût de la vie y est élevé. C’était tout autant revivifiant qu’épuisant. »  

Stigmates post-industriels 

Il quitte donc Paris en 2016 pour mieux se ressourcer dans le Grand Est, d’abord dans sa ville natale puis à Senones en 2018 où il choisit de s’installer. « J’ai reçu un excellent accueil de la municipalité et des habitants.” Pour Florent Meyer la cité vosgienne est une sorte de capsule « spatio-temporelle » marquée par les stigmates de son histoire : la fermeture des entreprises, le départ des habitants : « Je suis convaincu qu’elle peut être un lieu de naissance à d’autres possibles et je suis très attaché à ce territoire. ». 

 Florent Meyer y anime des ateliers auprès de différents publics - écoles primaires, personnes en situation de handicap, personnes âgées ou encore en insertion- : “ Un artiste doit être accessible, faire circuler l’énergie et la créativité. Je réalise aussi toujours des fresques murales et des décors sur demande mais je suis surtout très engagé en faveur du développement culturel dans les Vosges, notamment avec l’association Hélicoop et le Sentier des Passeurs. »  

Poursuite de l’exposition au Conseil départemental 

En ce début d’année, Florent Meyer expose au Conseil départemental : « J’ai répondu à un appel à candidature et j’ai eu la chance d’être retenu.  Pour cette exposition ma démarche est de pousser la lucidité à l’extrême, aussi difficile soit-elle à affronter, pour mieux trouver des solutions face à des problématiques angoissantes tel que le réchauffement climatique. J’apprécie peindre sur des grands formats et aborder une condition humaine présente qui fait du bien.” 

L’exposition est à découvrir gratuitement jusqu’au 24 avril prochain au : 
 Conseil départemental des Vosges 
8 rue de la Préfecture 
88000 EPINAL 
Du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 16h30 

 

 

 

 

Aller plus loin

Vous recherchez

L'actu en poche...

Restez informés !

Vous souhaitez être informé de la publication de nouveaux articles par e-mail, 
abonnez-vous !

Nom