17mai

Où s’habiller avec style et à moindre coût dans les Vosges ?

Retour |

Pousser les portes d’une friperie, c’est en quelque sorte soutenir l’économie circulaire et le réemploi. C’est ce que fait l’Atelier d’insertion AMI (Activités Multiples Insertion) depuis sa création en 1986. Voyons cela de plus près.

L’insertion par l’activité économique et la promotion du réemploi est le fer de lance de l’association AMI, qui vient d’inaugurer le 14 mai dernier une nouvelle boutique de vente de vêtements homme à Epinal, au 29 Rue Léopold Bourg.

La boutique devient la quatrième friperie gérée par l’association qui renforce ainsi son offre de vente de vêtements de seconde main. Et poursuit une tendance qui a le vent en poupe : la frip ‘ !

 

Tout commence par un acte désintéressé : le don

Sans les dons et les apports volontaires, il n’y aurait pas de friperies chez AMI… C’est grâce aux dons que la trentaine de salariés des services "recyclerie, confection et boutiques" peut travailler.

Avec les appels aux dons pour l’Ukraine, les vêtements collectés par AMI se font plus rares… L’association, qui est toujours en recherche de « matière première » reste attentive à la situation. Il faut continuer à soutenir le besoin local en déposant ses vêtements inutilisés chez AMI. Il y a certainement des petits trésors dans vos armoires qui ont perdu de l’éclat à vos yeux, mais peut-être par pour un autre…  Pensez-y et faites un don !

Une fois collectés, les vêtements sont triés minutieusement par une dizaine de personnes. Puis, ils sont rangés par type, taille, famille…Viens ensuite le démantèlement des vêtements qui ne pourront pas être vendus… On récupère tout ce qui peut être réutilisé : fermetures éclairs, boutons, écussons, chutes de tissus…C’est le travail de la mercerie. On répare ce que l’on peut réparer et on customise ce que notre imagination nous suggère. C’est un travail créatif et valorisant.

Des boutiques et bientôt de la vente en ligne

AMI propose quatre points de vente : Les Fées d’AMI (15 Rue des Minimes à Epinal), au siège de l’association (16, Quartier de la Magdeleine, Epinal), Avrinstyl’ by AMI (32 place D’Avrinsart, Epinal) et la nouvelle boutique homme tout juste créée au 29 Rue Léopold Bourg également à Epinal.

Ces boutiques font « vivre » l’association et permettent aux salariés de découvrir et de s’initier à des domaines professionnels variés comme la vente, le merchandising (placement des produits), ou encore la communication. Autant de compétences qu’ils pourront mettre à profit quand ils auront retrouvé un emploi durable et pérenne. Car c’est bien là, la mission première de l’association AMI : permettre l’accès à l’emploi et accompagner de manière adaptée et personnalisée les salariés de l’association vers des contrats durables en CDI.

Dans les prochains mois, AMI souhaite également développer une boutique en ligne pour toucher un public plus large et diversifier ses canaux de vente. Là encore les salariés vont pouvoir développer des compétences dans la prise de photographies, l’utilisation d’outils informatique, les réseaux sociaux, ou encore la gestion des stocks et des expéditions.

Au-delà du simple effet de mode de fréquenter les friperies pour « chiner de la sape vintage et rétro », l’association AMI crée des emplois qui permettent à des publics en difficultés sociales de se reconstruire et d’avancer. Elle permet aussi pour de nombreuses personnes de s’habiller et de se faire plaisir, tout en préservant un budget parfois serré…  

Tout le monde y gagne !

 

Pour donner vos vêtements, ou objets à l’association AMI :

Rendez-vous au siège de l’association au 16, Quartier de la Magdeleine à Epinal, aux heures d’ouverture, du mardi au samedi, de 9h00 à 12h00 et de 14h à 17h30. Fermé le jeudi et dimanche.

03 29 35 06 57

Suivre AMI sur Facebook https://www.facebook.com/ami.epinal

 

Dans les Vosges les friperies ne manquent pas, comme par exemple, « Le Showwroom n°5 » et « B –Mode » et Au Dressing de Marie à Epinal », Le Dress-In à Saulxures-sur-Moselotte, les Petites Crapules à Thaon-les-Vosges, Le Dressin de La Joconde à Gérardmer, Melis à Saint-Dié-Vosges.…

 

A savoir : « Loi Anti-gaspillage » :

Depuis le 1er janvier 2022, il est interdit de détruire des produits neuf invendus non alimentaire, ce qui signifie pour les industriels de la mode et du luxe, que les producteurs, importateurs, distributeurs devront désormais « donner, réemployer, réutiliser ou recycler leurs invendus » … A partir du 1er janvier 2023, l’affichage de l’origine des textiles va devenir obligatoire.

 

Aller plus loin

Vous recherchez

L'actu en poche...

Restez informés !

Vous souhaitez être informé de la publication de nouveaux articles par e-mail, 
abonnez-vous !

Nom